Lecture Archives - Page 2 sur 2 - Chuchotis Marins

Lecture

{Bilan lecture} L’Homme qui Rit – Victor Hugo

Je reviens aujourd’hui avec un petit bilan lecture, dont je tenais absolument à vous parler. Je n’ai pas lu beaucoup d’œuvres différentes ce mois-ci, mais c’est que je me suis attelé à un pavé que je n’ai pas pu lâcher !
D’Hugo je ne connaissais pas grand chose, si ce n’est Le dernier jour d’un condamné étudié au collège (que j’avais trouvé ennuyant à mourir à l’époque) et son très célèbre Les Misérables abandonné en cours de route, toute jeune que j’étais et quelque peu intimidée par l’ampleur de la tâche. 
Et puis ces derniers mois, mue par une étincelle d’enthousiasme, j’ai décidé de me replonger dans l’oeuvre de l’écrivain. J’avais envie de grande littérature et de belles tournures, d’époque un peu lointaine pour voyager sans mettre un pied dehors et de rencontrer de nouveaux personnages. Je me suis aventurée dans le monde de L’Homme qui Rit comme on saute dans une machine à remonter le temps, et me suis laissée bercer par l’histoire extraordinaire de Gwynplaine, dont le visage a été mutilé à la naissance par des comprachicos en un sourire permanent .
Dans une Angleterre sinistre du XVIII ème, on suit le destin du jeune homme de son abandon à son recueillement à l’âge de dix ans par un vagabond nommé Ursus et son loup domestique, Homo. Ensemble, ils voyageant dans toute l’Angleterre à l’abri de leur roulotte et haranguent les foules avec leurs spectacles de rue et les connaissances en médecine du vieillard. Quelques années plus tard, le jeune homme est sommé de suivre un homme qui lui apprend sa véritable identité…

J’ai adoré ce très beau roman, critique de l’Angleterre de l’époque mais aussi oeuvre philosophique et poétique par les réflexion du vieux Ursus. Inutile de dire aussi que je me suis régalée de la plume d’Hugo et de sa prose magnifique, parfois tendre ou assassine. Ce roman m’a donné envie d’en lire davantage de lui et, accessoirement, de me mettre à écrire, aussi. (Certains auteurs vous font cet effet-là…)

{Coup de ♥ lecture} Juliette, de Camille Jourdy

Un jour j’ai découvert les romans graphiques, et ce fût une petit révélation. Pas tout à fait bande-dessinée ni tout à fait roman non plus (d’où le nom), ils alternent entre les genres avec des bulles entrecoupées de pages en prose à la manière d’un roman. J’avais envie aujourd’hui de vous parler d’un de ceux pour lequel j’ai eu un vrai coup de cœur : JulietteLes fantômes reviennent au Printemps. 
De Camille Jourdy j’avais déjà dévoré les trois tomes de la série Rosalie Blum, dont j’avais adoré l’histoire touchante et les illustrations. Lorsque j’ai trouvé son dernier opus à la bibliothèque j’étais joie ! Je me suis empressée de mettre le nez dedans, en essayant tout de même de le déguster à petites lampées pour ne pas le finir trop vite (en vain !). C’est un peu le problème avec ce genre d’ouvrage, on déroule les pages trop vite !
C’est donc l’histoire de Juliette, une jeune trentenaire angoissée par la vie et un peu perdue, qui ne sait pas quoi faire d’elle. Elle retourne quelques jours chez son père dans le village familiale, séparé de son artiste et loufoque de mère qui ne fait rien comme tout le monde. Un jour elle croise par hasard le chemin de Polux, un pilier de bar célibataire au cœur tendre qui ne sait pas plus qu’elle de quoi il a envie, et se noue entre eux une amitié inattendue. Ils adoptent même un petit caneton abandonné par sa mère que Polux surnomme « Maigret-Canard ». Il y a aussi sa sœur, débordée par ses enfants et qui cache un amant dans le placard, sa grand-mère sénile dont il faut s’occuper et un secret de famille qu’on ne lui a jamais raconté.
Définitivement je suis fan du travail de Camille Jourdy, dont les illustrations sont pleines de poésie et les histoires empruntes de tendresse. Elle sait rendre le quotidien extraordinaire et raconter l’humain dans toute sa complexité, les petits malheurs comme les grands bonheurs. Je trouve que ce genre de livre pousse à garder espoir malgré les difficultés, et à apprécier la vie dans toute sa simplicité, à sa juste valeur.
 
Vous l’aurez compris, mon premier coup de cœur de 2017 !

EnregistrerEnregistrer

J’ai lu : Nymphéas Noirs, de Michel Bussi

Chers petits lecteurs avides de péripéties. (l’êtes-vous ?)
Je me suis rendue compte récemment que je n’avais jamais parlé littérature par ici. C’est fâcheux en vérité, puisque la lecture occupe une bonne partie de mon temps libre. C’est simple : si je ne suis pas occupée à manger-dormir-travailler, je lis. Il m’arrive de tomber sur de vraies petites pépites, qu’il serait dommage de ne pas partager vous ne croyez pas ? Alors voilà, j’ai décidé, de temps en temps, de vous parler de mes dernières découvertes afin que vous puissiez vous aussi en profiter. Je commence donc par un polar de Michel Bussi, Nymphéas Noirs.
Résumé : Mai 2010 – Giverny, joli petit village de Normandie réputé pour son cadre idyllique et son célèbre musée Claude Monet. Sérénaç, jeune inspecteur tout juste muté du sud et son fidèle adjoint Bénavides sont dépêchés sur les lieux pour enquêter sur le meurtre d’un opthalmologiste de renom, retrouvé le crâne fracassé puis noyé dans l’étang aux nénuphars. Bientôt le motif d’un crime passionnel font porter les soupçon sur Jacques Dupain, dont la femme n’est autre que la séduisante institutrice du village sur laquelle se retournent tous les hommes. Qui est-elle vraiment, cette Stéphanie aussi mystérieuse qu’envoûtante, et qui semble cacher un lourd secret ?
Plus tard, leurs recherches les mènent vers l’accident d’un jeune garçon, survenu plus de soixante-dix ans plus tôt au bord de ce même étang. Quel lien entre ces deux affaires ? Et surtout, qui est ce mystérieux narrateur que l’on suit dans sa quête, et qui semble en savoir beaucoup sur cette affaire ?
Mon avis : J’ai choisi ce roman par hasard, en me fiant au titre et au résumé, et la quatrième de couverture a fini de me convaincre. Ne connaissant pas Bussi je n’en attendais pas grand chose, si ce n’est un agréable moment de lecture. Et je dois dire que c’est réussi ! Ce polar mêlant passé et présent s’est révélé un vrai coup de cœur, avec le XIX ème siècle des peintres impressionnistes en toile de fond. Le cadre, d’abord, dans une jolie Normandie pittoresque et romantique, puis une intrigue merveilleusement bien ficelée. L’auteur ménage le suspens avec brio, et réussit jusqu’au bout à nous tenir en haleine tandis que la folie s’empare de l’histoire et perd le lecteur, jusqu’au dénouement.
La fin, magistrale et époustouflante, vous surprendra assurément !
 

EnregistrerEnregistrer

Design par ASALINE