MENUMENU
Le corps Archives - Chuchotis Marins

Le corps

Dans mes mains (ou comment j’ai renoué avec le Reiki)

Mon arrivée dans ce nouvel appartement ne fût pas de tout repos, comme l’en attestent ces joyeuses péripéties : une chasse d’eau défectueuse dont les eaux me cueillent au point du jour le lendemain de mon emménagement, des voisins bruyants et un vacarme de tous les diables dans les escaliers, une douche bouchée par les cheveux des anciens locataires, un volet roulant bloqué en position ouverte et m’empêchant de fermer l’œil de la nuit, ce même volet à peu près réparé mais dont les interstices laissent passer la lumières des réverbèrent, inondant ma chambre de lumière. Ces petits désagréments que tu aimerais chasser d’un revers de la main, comme une mouche qui bruisse à ton oreille. Ces premiers jours dans ma nouvelle-ville-pour-6-mois ont été assez éprouvants, c’est peu de le dire.

C’est qu’au bout d’un moment, même une tablette de chocolat noir bien corsé ou un pot de purée de cacahuètes crémeux mangé à la petite cuillère ne peuvent plus rien pour toi. (j’ai essayé, croyez-moi)

C’est à ce moment que le Reiki s’est rappelé à moi, lui que j’avais un peu délaissé ces derniers mois (ou disons-le : année(s)). Je me souviens de mon initiation au premier degré comme un jour ensoleillé et plein de bonnes ondes. Sur le moment j’étais enthousiaste, presque exaltée, de rentrer dans ce monde magique. Et puis, passés les 21 jours d’auto-traitement que j’avais suivis et réalisés chaque jour scrupuleusement, je n’ai plus trouvé le temps. J’ai posé un peu moins les mains, puis plus du tout pendant un certain temps. J’y pensais pourtant souvent, mais comme d’une chose un peu éloignée, une activité à reprendre plus tard. (on remet trop de choses au lendemain)

J’ai trouvé que c’était le moment parfait pour m’y remettre, de toute façon ça ne pouvait pas aller plus mal, aha. A ma grande surprise je n’avais rien oublié, mes mains ont retrouvé les positions toutes seules. Comme le vélo. J’ai senti la chaleur me traverser, et des fourmillements dans les jambes comme cela m’était déjà arrivé. Après ces retrouvailles j’ai dormi comme un bébé, et les jours qui ont suivi aussi.

Le lendemain, j’ai retrouvé une amie chère perdue de vue depuis plus d’un an, rencontrée via son blog. Celle-là même grâce à qui j’avais justement découvert le Reiki quelques années plus tôt. Elle est réapparue dans ma vie (comme par enchantement ?) au moment où je m’y attendais le moins, comme envoyée par l’Univers.

Quelques jours plus tard, un dimanche, en foulant les pavés de ma nouvelle ville je suis tombée sur une jolie boutique violette au doux nom d’Agapanthe (j’étais persuadée que c’était une déesse… apparemment non). En m’approchant, je découvre que c’est un cabinet de Reiki… Eh oui !

Et puis, lors de ce salon du Bien-être et de la Santé au naturel en Mayenne, je rencontre… la propriétaire de ce joli lieu. Décidément, le Reiki me suit partout. On discute pas mal de choses et d’autres et le courant passe, je décide de prendre rendez-vous pour la semaine suivante.

Je suis sûre qu’il a encore de belles choses à m’apporter…  alors c’est décidé, cet été je passe mon second degré !

Tibicos

Il y a quelques semaines, j’ai adopté un nouveau compagnon : il n’aboie ni ne ronronne (ça ne m’aurait pas déplu pourtant) (et il ne perd pas ses poils, ce qui en fait un compagnon idéal) mais fait beaucoup de bulles, pour mon plus grand plaisir. Non, ce n’est pas un poisson non plus. Car voilà, l’étrange animal dont il est question se nomme… du kéfir de fruit. Cet amas de bonnes levures et bactéries est un terreau fertile de pré et pro-biotiques, et est réputé excellent pour la santé (peau, cheveux, allergies….). Mais moi, ce que je préfère – outre son délicieux goût fruité et pétillant – c’est le regarder buller dans son bocal ! J’A-DO-RE.

J’en cherchais depuis un moment, après l’avoir découvert il y a quelques années lorsque j’étais encore lycéenne. Une gentille dame m’en avait envoyés par la poste, déshydratés, mais je crois qu’ils n’étaient pas très en forme. La preuve : ils moururent quelques semaines plus tard, me laissant désemparée. Ce fût le début de mon amour pour la fermentation.

Et puis il y a peu, nouvelle lubie comme il m’en arrive souvent, j’ai décidé de m’y remettre. Coïncidence-je-ne-crois-pas, sur Leboncoin je suis tombée sur l’annonce de mon ancien prof d’Allemand ! Sehr lustig en effet. Lequel m’a gentiment offert dans un petit pot ces petites graines magiques.

Depuis, mon petit tibicos (c’est son autre nom mexicain, mais il en a des dizaines d’autres) grandit à merveille et fait la joie de ses parents (enfin surtout de la mienne, mais son papa humain en a aussi réclamé pour en avoir tout à lui). Il se multiplie à l’infini, et semble beaucoup aimer son petit régime à base de Rapadura. Je vais bientôt pouvoir en offrir et propager la bonne parole, ahah. Share the love qu’ils disent.

Kéfir de fruit – recette de base

J’utilise deux gros bocaux de compote d’1.075 kg, un servant à la première fermentation (F1) et l’autre à la deuxième (F2).

  • 3 cuillères à soupe de grains de kéfir de fruit
  • 2 grosses cuillères à soupe de sucre complet type Rapadura
  • 2 figues impérativement bio
  • 1 petit citron BIO coupés en rondelles (c’est très important ! Le kéfir étant sensible aux pesticides, cela risquerait de le tuer… et ce n’est pas ce qu’on veut n’est-ce pas ?)
  • de l’eau déchlorée (eau du robinet mise à bouillir puis refroidie)

Préparation (F1) :

Dans un des bocaux, verser un peu d’eau au fond puis déposer avec une cuillère en bois les grains de kéfir, le sucre, les figues et le citron.

Compléter avec de l’eau, sans remplir complètement le bocal (laisser environ 2 cm pour permettre au gaz de s’échapper). Fermer avec un couvercle ou bien avec une gaze et un élastique, cela n’a pas vraiment d’importance.

La suite des opérations (F2) :

Environ 48h après la première opération, et quand les figues sont remontées à la surface, filtrer la boisson dans le deuxième bocal à l’aide d’une petite passoire fine en plastique.

Presser le citron dedans, jeter les figues et relancer une fermentation, ou bien conserver les graines dans un petit bocal en verre avec de l’eau et 2 cuillères à café de sucre. Elles pourront rester au repos plusieurs semaines dans le réfrigérateur.

Enfin, laisser à température ambiante pendant environ 24h pour une deuxième fermentation avant de mettre au frigo. Lors de cette deuxième phase, plusieurs solutions s’offrent à vous : laisser comme ça, ou bien ajouter quelques morceaux de fruits et/ou herbes pour le goût. Faites jouer votre imagination !

Quelques idées d’association :

  • framboises, fraises… lorsque c’est la saison
  • morceaux de pêche et feuilles de verveine
  • curcuma/bâtons de gingembre frais
  • rondelles de citron/basilic frais

Bon, alors. Je récapépète, pour ceux qui n’auraient pas suivi : 48h de F1 avec les grains/figues/citron + 24h de F2 après filtration + 3-4 jours au frigo pour « arrêter » la fermentation (et déguster une délicieuse limonade/cidre artisanal).

Et vous, vous connaissiez le kéfir ? Vous en avez déjà goûté ?

Éloge du bon vieux Gant de toilette

C’est étrange, de constater à quel point ce que ce l’on prenait jusqu’à présent pour une norme pouvait s’avérer en fait une petite lubie. Pas nécessairement personnelle non, mais tout du moins pas universelle non plus.

Tiens, prenons l’utilisation du gant de toilette.
Mes grands-mères en avaient une pile bien rangée dans l’armoire qui sent bon le linge propre, avec les serviettes, et quand j’étais encore un tout petit bébé pleurnichant ma maman me savonnait le corps au gant avant de me plonger dans le grand bain. Alors pour moi, il est comme un souvenir d’enfance. Naturellement je pensais que c’était une règle bien établie dans le monde, et que chacun l’utilisait pour se laver. Juste avant de découvrir qu’en fait, non, pas du tout, et je vous avoue que j’en ai été extrêmement surprise. C’est là que je me suis rendue compte qu’on prenait souvent sa façon de vivre pour une chose générale – ou du moins partagée par un grand nombre. C’est mon amoureux qui a ri, lorsqu’il m’a vue débarquer avec ces choses sous le bras, lui qui n’en utilise pas.
Ensuite j’ai tenté de comprendre comment on pouvait faire sans, je veux dire, c’est vrai, comment on fait sous la douche pour se savonner sans gant de toilette ? Pour se débarbouiller le matin, le visage encore fripé par l’oreiller ou une nuit de sommeil agitée, ou le soir après une journée à courir à droite à gauche ? Et la toilette de chat alors ? Bref, j’ai retourné la question dans ma tête mais je n’ai décemment pas trouvé de solution. Un jour j’ai essayé de me laver le visage avec les mains, pour voir. Mais pouah, j’ai trouvé ça vraiment bizarre.
Et puis à bien y penser, c’est un peu le gant de toilette qu’on essaye de nous (re)vendre, avec ces cotons démaquillants lavables qu’on nous fait passer pour LE concept révolutionnaire du zéro-déchet-dans-ta-salle-de-bain. Je n’ai rien contre, notez bien, mais ce n’est pas vraiment une nouveauté les gars.
Bref, peut-être que vous vous en fichez de mon histoire de gant de toilette, et je comprendrais tout à fait. Mais voilà, je serais curieuse de connaître votre avis dessus, et si vous l’utilisez.

EnregistrerEnregistrer

Mes petites astuces pour affronter l’hiver

Il est de plus en plus difficile pour moi le matin d’ouvrir les yeux, de sortir du cocon douillet de mon lit. A tel point que j’en négligerais presque le petit-déjeuner, pourtant grande fan devant l’éternel de ce repas, pour grappiller au sommeil quelques précieuses minutes. J’avoue que je me contente souvent en ce moment (donc tout n’est pas perdu, allez) d’une banane et d’une part de cake maison, avalés presque à la hâte.
En y réfléchissant bien ce n’est pas étonnant que notre corps réagisse de cette manière à l’approche de l’hiver, puisque nous descendons d’hommes qui ont appris à s’adapter à la rigueur du climat en cette saison. Les femmes, les enfants et les vieillards s’enterraient pour échapper au froid rigoureux, seuls les hommes vaillants sortaient chasser pour ravitailler le groupe. Voilà, moi aussi je veux m’enfouir sous les couvertures et hiberner jusqu’à nouvel ordre. Bon c’est malheureusement impossible alors je mets en place quelques remèdes pour affronter l’automne/le froid/le manque de lumière et prendre soin de moi. Parce que partir le matin quand il fait nuit et rentrer le soir de la même façon, ce n’est pas ce qu’il y a de plus réjouissant.
 
1. Dormir suffisamment
 
On a beau le savoir, ce n’est pas toujours évident pour tout le monde. Pourtant le manque de sommeil a véritablement un impact négatif sur notre humeur. Combien de fois j’ai voulu m’échiner à résoudre un problème, un article à écrire ou une décision à prendre alors qu’il était tard, que je venais de rentrer de cours et que j’étais tout simplement exténuée. Tout alors nous paraît insurmontable et sans issue, ou tout ce qu’on entreprend nous semble bon à jeter à la poubelle. Mauvaise idée donc, d’autant que la maxime « la nuit porte conseil » m’a toujours été d’un grand secours. En semaine j’essaie de me coucher avant 23h pour un lever aux environs de 6h20, et si ce n’est pas un gage de bonne humeur au réveil ça me permet au moins de ne pas empirer mes envies d’hibernation.
J’aime bien avoir un petit rituel du soir, comme me glisser dans un pyjama douillet (je viens de m’en acheter un qui est si douillet et confortable que ça en devient indécent) ou un peignoir, et me glisser dans le lit avec un bon livre ou l’ordinateur sur les genoux si je regarde une série (bien que j’aie vraiment du mal à faire ça le soir, inévitablement je m’endors devant). Allumer des bougies ou diffuser des huiles essentielles relaxantes peut aussi être une bonne idée.

2. Faire le plein de vitamines et minéraux avec les fruits et légumes de saison
Ça tombe sous le sens, et peut-être qu’on m’accusera d’enfoncer des portes ouvertes mais voilà, je suis convaincue que l’alimentation joue un rôle majeur dans la lutte contre les petits désagréments de l’hiver. La nature est magique, elle nous fournit exactement ce dont on a besoin à chaque période, c’est pourquoi il est si important de respecter les saisons. L’automne est une période superbe tant au niveau de ses couleurs que de ses fruits et légumes, et les marchés regorgent de courges de toutes sortes dont il serait dommage de ne pas profiter.
Veloutés de potimarron, de panais-pommes-cannelle pour adoucir son goût légèrement terreux, gratins de brocoli aux noix avec une petite sauce béchamel végétale, des fruits secs en guise de snacks pour les petits creux de la matinée… La nature a tellement à nous offrir ! C’est aussi la saison des pommes, kakis, et des premières clémentines et oranges. Rien de mieux que ces belles couleurs pour garder le moral. Il va sans dire qu’on privilégie l’agriculture biologique pour éviter d’ingérer des pesticides, ou du moins les petits producteurs de la région.
3. Se tenir chaud, et aller prendre l’air 
Peut-être y voyez-vous un paradoxe, mais il n’en est rien. En automne-hiver, plus que jamais, notre besoin de cocooning prend le dessus. Les danois ont d’ailleurs inventé tout un concept à ce propos appelé Hygge et qui signifie « bien-être », qui consiste à créer une atmosphère douillette et chaleureuse pour affronter les frimas : bougies à l’odeur agréable, soupes dégustées entre amis, jeux de société, gros pulls bien chauds et écharpes-couverture.

Néanmoins, l’air frais du dehors peut aussi nous donner le coup de fouet dont on a besoin ! Ah les grandes balades dominicales en famille, dont on revient les joues rougies comme de belles pommes juste avant de s’attabler à la grande table pour un goûter de circonstance et un bol de chocolat chaud fumant. Petite astuce pour les porteuses de robe même en hiver (je plaide coupable !) : la paire de chaussettes glissée dans les collants, ça tient bien chaud aux petons et ça change tout !

 
4. Et enfin, soigner les petits maux au naturel
Malgré toutes ces précautions, il suffit d’un petit coup de froid ou de fatigue pour rencontrer quelque virus malencontreux. Pour éviter ça, pourquoi ne pas commencer une cure de chlorure de magnésium, diablement efficace contre la fatigue et plein d’autres petits maux ? J’en avais fait une l’année dernière je vous en avais d’ailleurs parlé, et je compte recommencer dès que j’en aurai trouvé dans la région ou je vis. Si le mal est déjà fait, en cas de rhume ou de mal de gorge par exemple, les tisanes de thym au miel sont très efficaces. Un autre remède naturel auquel je fais également appel très régulièrement est l’Extrait de Pépin de Pamplemousse que j’achète en magasin bio, un antibiotique surpuissant.

****
 
Passez un bon dimanche, et sortez prendre l’air 😉 

EnregistrerEnregistrer

Je n’étais pas une fille à bijoux

Chers petits lecteur d’automne emmitouflés dans votre écharpe douillette (je suis emmitouflée dans mon écharpe douillette) ; aujourd’hui c’est samedi et j’ai envie de vous parler bijoux. Vous savez j’ai un peu hésité à publier cet article – oh pas longtemps hein -, parce que je le pensais futile. Vous parler de mes bijoux, est-ce bien intéressant ? Et puis… pourquoi pas finalement. Qui a un jour décrété que l’on devait toujours parler de choses sérieuses et profondes, philosophiques ?

Plus jeune je n’arrivais pas en porter, quand bien même l’envie m’en prenait (ce qui était rare). Je me souviens au collège, avoir admiré ma meilleure amie et sa facilité déconcertante à adopter de grosses pièces clinquantes, bagues, bracelets qui tintaient à ses poignets et colliers colorés. Moi, je ne sais pas, je n’y arrivais pas

Quand il m’arrivait d’en mettre c’est comme s’ils étaient de trop, me gênaient, et je finissais invariablement par les retirer. Soit dans la journée, soit aussitôt rentrée, comme si je me délestais d’un poids trop lourd à porter. C’était bizarre, ce sentiment de ne pas être à ma place en portant des bijoux, comme si cet acte m’était illégitime. Question de confiance en soi peut-être, de trouver sa place…

Ceci dit, c’était pareil pour le maquillage. Quand toutes mes amies ont commencé à se farder les paupières ou à déposer un trait de crayon noir au ras de leurs cils, je n’ai pas réussi à entrer dans la danse. J’ai essayé, pourtant, mais finalement je trouvais que ça ne m’allait pas du tout. Elles me demandaient, mais pourquoi, pourquoi tu ne te maquilles pas ? Et je ne savais pas trop quoi répondre, je trouvais que ça ne m’allait pas, que ce n’était pas moi, voilà tout. Mais je me sentais un peu bête de ne pas faire comme elles, de ne pas lisser mes cheveux comme c’était la mode à l’époque, ni de chercher à « embellir » mon apparence.
Et puis un jour je me suis mise à les porter, ces fameux bijoux, et à adorer ça. J’ai complètement changé d’avis. J’ai découvert que j’aimais les pièces ethniques – et éthiques : les bagues délicates, l’argent, les pierres semi-précieuses et les jolies boucles-d’oreille un peu voyantes – mais pas trop. En réalité, c’est un jour en entrant dans une boutique Artisans du Monde, cette caverne d’Ali Baba, que j’ai eu cette révélation à propos de ces parures et de leurs matériaux nobles.

J’ai commencé par m’offrir une bague, puis des boucles d’oreilles, et je me suis rendue compte que j’aimais vraiment les porter. Que je me sentais bien avec, comme si je ressentais la présence des femmes qui les avaient crées et qu’elles m’accompagnaient avec bienveillance, contrairement à ces pacotilles sans âme que mes amies et moi avions l’habitude d’acheter lors de nos virées en ville du mercredi.

Maintenant il n’est pas un seul jour sans que je porte soit ma bague fétiches, soit un bracelet en pierres ou une jolie paire de boucles-d’oreille (soit les trois en même temps héhé. Christina dirait que ça fait troop ma chériie, tou né peux pas porter les trois en même temps voyons !). Par contre je ne me maquille toujours pas.

EnregistrerEnregistrer

Design par ASALINE