MENUMENU
Soin de soi Archives - Page 2 sur 10 - Chuchotis Marins

Soin de soi

De beaux muffins aux fraises. (VGL)

Tous les samedis matin depuis que la saison bat son plein, c’est le même rituel. Nous nous précipitons au stand des fraises, vite-vite-vite faites-qu’il-en-reste-je-vous-en-prie !, avant de repartir (la plupart du temps. Il y a des jours plus tristes que d’autres, vous savez) avec le petit paquet tant convoité sous le bras.

Jusqu’à présent, je n’avais jamais expérimenté les fraises au four. C’est que cela m’apparaissait comme une hérésie, une atteinte à la dignité de la fraise fraîche. Cela ne se faisait pas, c’est tout. Et puis, récemment, j’ai changé d’avis…

Le problème avec avec ces demoiselles, c’est qu’elles finissent souvent englouties plus vite qu’il ne nous faut pour courir les acheter, et c’est un peu embêtant. On aimerait les faire durer, prolonger le plaisir, pour avoir chaque jour de la semaine un petit rubis frais à déguster.

Seule solution au manque que j’ai trouvée, prolonger le délice par le supplice du four. Notez, ce n’est peut-être pas très judicieux, sous cette chaleur dominical de mois de juin, que de vous proposer d’allumer votre four. Mais je vous le promets solennellement, vous ne le regretterez pas.

Pour 6 muffins
 
 
Ingrédients :
– 200 g de farine
– 90 g de sucre complet type Rapadura
– 1 càc de bicarbonate de soude
– 1 pincée de sel
– 2 càS d’huile de coco fondue
– lait végétal, d’avoine ici
– 5 belles fraises
Préparation :
  • Mélanger dans un saladier tous les ingrédients secs, puis l’huile de coco et le lait.
  • Bien mélanger, et rajouter du lait si nécessaire afin d’obtenir une pâte fluide
  • Ajouter les fraises coupées en petits morceaux, et bien mélanger pour les incorporer
  • Préchauffer le four quelques minutes et enfourner pour environ 25-30 min à 170°C

 

 
Bon dimanche !

EnregistrerEnregistrer

Nettoyant doux au lait d’argile blanche

Avec l’arrivée du printemps est revenue mon envie de prendre soin de moi, que l’hiver avait bien enfouie dans un tiroir qui sent la neige fondue et le chocolat chaud. Mais trêve de plaisanterie, la belle saison est là et moi je me suis racheté une ombre à paupières Zao MakeUp. Youhou. 
(Je vous ferai peut-être un article maquillage un jour, c’est une chose dont j’ai envie et que j’aimerais beaucoup faire, mais dont je ne me sens pas encore bien assurée pour me lancer tout de suite… à suivre donc)
Ça fait des années que j’ai définitivement banni de ma salle de bain les montagnes de cosmétiques et que je soigne ma peau avec très peu de choses, et honnêtement c’est une des meilleures idées que j’ai eues. Ainsi, je tourne essentiellement au gel d’Aloe Vera, hydrolats et huiles végétales par hectolitre, auxquels je rajoute ponctuellement du beurre de karité et des huiles essentielles. Je suis complètement dingue de mes petits flacons odorants, passant mon temps à les sniffer comme une folle sous le regard affolé de mon adoré.
J’aime l’idée de pouvoir m’appuyer quotidiennement sur cette routine simple et peu coûteuse, sans trop avoir à réfléchir (parce que le matin, bon. Il m’est déjà arrivé de confondre le gel d’Aloe Vera avec mon dentifrice alors voilà.)(je vous rassure, je m’en suis rendue compte avant) ni à utiliser trente-six mille produits au bas mot, et à la composition souvent douteuse. 

Il y a peu, j’ai découvert et adopté un nouveau nettoyant visage au lait d’argile, qui convient parfaitement aux peaux sensibles. Il est doux et nettoie parfaitement la peau sans l’assécher, parce que c’est bien ce qu’on recherche non ? L’argile blanche, aussi appelée Kaolin, est particulièrement recommandée pour les peaux sèches et sensibles contrairement à l’argile verte réservée aux peaux plus grasses. Elle se trouve plutôt facilement, ce qui est bien pratique. J’ai trouvé la mienne dans mon magasin bio habituel.

Nettoyant tout doux pour le visage au lait d’argile blanche

C’est tout simple : je mets une petite noisette de poudre dans le creux de ma main avant de l’humidifier, puis j’applique cette pâte fluide sur tout mon visage en massant bien. J’utilise pour cela une petite cuillère en bois que je remplis à moitié. Attention, l’argile ne souffre pas de l’utilisation de métal. Le plus compliqué est de ne pas ajouter trop d’eau à l’argile, sous peine de voir votre lait vous filer entre les doigts !

Ensuite je laisse poser, oh pas très longtemps, juste le temps de faire deux-trois grimaces devant la glace, de me rincer les mains et d’attraper un gant de toilette pour rincer tout ça, et voilà. Il ne me reste plus qu’à appliquer mon hydrolat, comme d’habitude.



Et vous, vous connaissiez l’argile blanche comme soin quotidien ? L’avez-vous déjà utilisée ?

La petite salade de fenouil à l’orange qui appelle le printemps.

Dites, vous aussi vous attendez le Printemps avec impatience ?
Je ne sais pas, c’est peut-être moi, mais je trouve l’hiver particulièrement long cette année. Remarquez, c’est sûrement la même chose tous les ans… Peut-être même que je vous ai écrit exactement la même chose l’année dernière, sur le blog. Mais à l’heure où je vous écris, le vent souffle à cent à l’heure sur fond de pluie torrentielle qui tape aux carreaux. Ce matin nous étions sûrement les deux seules âmes esseulées à s’aventurer dehors, à braver le froid et la pluie tout en pestant contre les parapluies qui se retournent à chaque rafale, dans le seul but de ramener quelques légumes bio à la maison. Est-on fou, hein.
Je n’ai jamais vraiment aimé le fenouil : il a longtemps fait partie des légumes que je déteste, au même titre que le céleri ou les endives. Ceci étant, j’ai aussi cette aptitude bizarre – quoique assez utile – à prendre plaisir à manger un aliment que je n’apprécie pas, juste parce que je sais qu’il est bon pour la santé. Vous avez dit maso ? Peut-être bien, un tout petit peu…

Pour cette petite salade en revanche, je n’ai pas eu à me forcer, bien au contraire ! Avec son petit air de salade de fruits, je suis sûre qu’elle plaira même aux plus réfractaires du fenouil. Et puis, elle a quand même un petit goût de printemps, et ça c’est un bon point. Sa fraîcheur, ses couleurs vives, ce croquant sous la dent…

 

Salade de fenouil à l’orange

Pour 2 personnes :

– 1 fenouil moyen
– 1 bonne poignée de cranberries séchées
– 1 bonne poignée de noix de cajou
– 1 orange bio + son zeste
– le jus d’un 1/2 citron bio

Préparation :

  • Détailler le fenouil en petits morceaux
  • Prélever les zeste de l’orange, puis la peler à vif et la détailler en petits quartiers. Ajouter au fenouil
  • Ajouter les cranberries et les noix de cajou, puis le jus de citron et bien mélanger le tout
  • Laisser reposer au frais quelques heures avant de déguster, elle n’en sera que meilleure
Bon appétit !

Petit blabla du samedi + velouté de champignons vraiment (vraiment) trop bon ! (VGL, SG)

 
Bonjour bonjour petits lecteurs de Noël ! 
J’espère que vous allez tous bien en ce dernier samedi avant Noël, et que les microbes ne sont pas trop de la partie (Allez ouste !)

 

Je n’avais pas forcément programmé d’article pour ce weekend, mais j’avais quand même envie de venir poster quelques mots par ici. Alors voilà, nous y sommes presque, il reste de moins en moins de cases à ouvrir… Autrement dit, Noël approche à grands pas ! Pour tout vous dire, j’ai encore du mal à réaliser que c’est imminent, que douze petits mois se sont déjà écoulés depuis Noël dernier. Cette phrase ne veut plus rien dire à force de l’entendre mais… Bon dieu que le temps passe vite !
Cette année je n’ai ni acheté ni fabriqué de calendrier, par contre j’ai décidé de revoir tous les Harry Potter jusqu’à Noël – mon petit calendrier de l’Avent à moi. C’est toujours terriblement régressif de se replonger dans les aventures du célèbre sorcier..
En réalité, ces petits mots posés là étaient surtout un prétexte à vous parler du velouté de champignons que j’ai préparé ce midi et qui, en plus d’être un modèle de simplicité et de rapidité, fût un énorme délice. Rien de plus réconfortant qu’une bonne soupe ou un velouté de légumes pour apprécier la chaleur de nos intérieurs, en cette période de froid. Au départ, je souhaitais réaliser un velouté de champignons aux marrons (qui sont en fait des châtaignes, eh oui), mais impossible d’en trouver en bocaux par ici ! Voici donc, la recette :
(Je tiens aussi à remercier Roger, mon vieux mixer plongeant qui appartenait à ma grand-mère et que je ne quitte plus désormais. Pour mes beaux yeux, il n’hésite jamais à plonger la tête la première dans les eaux bouillonnantes de l’Enfer de la marmite. Merci Roger !)
 
 
Velouté Délicieux de Champignons de Paris
 
Pour 2 personnes :
  • 1 petit oignon
  • 300g de champignons de Paris
  • 2 càS d’huile d’olive
  • 1 pincée de sel
  • eau
  • crème de soja
  • facultatif : quelques brins de persil
Préparation :
Couper les champignons en quartiers.
Éplucher et émincer l’oignon, puis le faire revenir quelques instants dans l’huile d’olive.
Ajouter les champignons en quartiers, le sel, puis environ deux tasses d’eau (j’utilise un mug de taille « normale », dans lequel je bois mon thé)
Couvrir en remuant de temps en temps et laisser cuire environ 20 minutes.
Mixer finement, et ajouter un peu de crème de soja selon la quantité désirée.
Bon weekend, et prenez soin de vous : prenez le temps, ralentissez, ne vous malmenez pas 🙂

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Éloge du bon vieux Gant de toilette

C’est étrange, de constater à quel point ce que ce l’on prenait jusqu’à présent pour une norme pouvait s’avérer en fait une petite lubie. Pas nécessairement personnelle non, mais tout du moins pas universelle non plus.

Tiens, prenons l’utilisation du gant de toilette.
Mes grands-mères en avaient une pile bien rangée dans l’armoire qui sent bon le linge propre, avec les serviettes, et quand j’étais encore un tout petit bébé pleurnichant ma maman me savonnait le corps au gant avant de me plonger dans le grand bain. Alors pour moi, il est comme un souvenir d’enfance. Naturellement je pensais que c’était une règle bien établie dans le monde, et que chacun l’utilisait pour se laver. Juste avant de découvrir qu’en fait, non, pas du tout, et je vous avoue que j’en ai été extrêmement surprise. C’est là que je me suis rendue compte qu’on prenait souvent sa façon de vivre pour une chose générale – ou du moins partagée par un grand nombre. C’est mon amoureux qui a ri, lorsqu’il m’a vue débarquer avec ces choses sous le bras, lui qui n’en utilise pas.
Ensuite j’ai tenté de comprendre comment on pouvait faire sans, je veux dire, c’est vrai, comment on fait sous la douche pour se savonner sans gant de toilette ? Pour se débarbouiller le matin, le visage encore fripé par l’oreiller ou une nuit de sommeil agitée, ou le soir après une journée à courir à droite à gauche ? Et la toilette de chat alors ? Bref, j’ai retourné la question dans ma tête mais je n’ai décemment pas trouvé de solution. Un jour j’ai essayé de me laver le visage avec les mains, pour voir. Mais pouah, j’ai trouvé ça vraiment bizarre.
Et puis à bien y penser, c’est un peu le gant de toilette qu’on essaye de nous (re)vendre, avec ces cotons démaquillants lavables qu’on nous fait passer pour LE concept révolutionnaire du zéro-déchet-dans-ta-salle-de-bain. Je n’ai rien contre, notez bien, mais ce n’est pas vraiment une nouveauté les gars.
Bref, peut-être que vous vous en fichez de mon histoire de gant de toilette, et je comprendrais tout à fait. Mais voilà, je serais curieuse de connaître votre avis dessus, et si vous l’utilisez.

EnregistrerEnregistrer

Design par ASALINE