Soin de soi Archives - Page 3 sur 10 - Chuchotis Marins

Soin de soi

{Beauté bio} Trois exfoliants visage et corps en mode Zéro Déchet

Le saviez-vous ? Les gommages du commerce contiennent des billes de plastiques qui, en plus d’être extrêmement polluantes pour l’environnement, se retrouvent ensuite rejetées dans les océans, puis avalées par les poissons mangés à leur tour par… nous. Pas très ragoûtant tout ça.
Je me rappelle qu’à une période, tous les dimanches soirs je me tartinais allègrement de ces produits, et espérais avoir la peau douce comme un derrière de nouveau-né. Gommage, crémage, massage et tutti quanti…

Sachant tout ça, il était évidemment hors de question de continuer sur cette voie ! Quelques années après je n’ai pas tout à fait abandonné ce rituel, mais j’ai bien évidemment évincé ces produits de ma salle de bain pour me tourner vers des alternatives plus naturelles et même zéro déchet. Une fois l’objet acquis, il vous servira de nombreuses fois, voire de nombreuses années.

Je vais donc vous présenter mes trois techniques de gommage et exfoliation que j’utilise lors de mes sessions « Institut à la maison » 😉

 
 VISAGE 
 

La brosse… TOSOWOONG. 

Apparue il y a quelques années sur la blogosphère beauté, je n’y avais jamais prêté attention jusqu’à ressentir le besoin d’en acquérir une. Il me FALLAIT cette brosse. Les commentaires élogieux qu’on pouvait lire un peu partout sur les blogs n’y étaient pas pour rien, évidemment. Bref, j’ai commandé ce petit outil originaire de Corée (Who else…) et me suis empressée de lui faire rencontrer ma peau.

Vous la mouillez, appliquez votre nettoyant habituel dessus – moussant, de préférence – et effectuez des petits cercles concentriques sur tout le visage, en insistant sur les zones « à risque » (menton, arrêtes du nez…).

Après plus d’un an d’utilisation, quel est mon avis ? Eh bien, pour être honnête je l’ai trouvée un peu trop rude avec mon épiderme pour un usage quotidien, comme préconisé. En revanche elle fait très bien le job pour un nettoyage en profondeur, je l’utilise donc environ une fois par semaine pour dégommer toutes les impuretés, peaux mortes, traces de maquillage… etc. Elle laisse la peau toute propre, prête à recevoir quelques gouttes d’huile végétale.

Conclusion : parfaite si vous cherchez un nettoyage efficace, je la déconseillerais cependant aux peaux trop sensibles.


L’éponge Konjac ♥

C’est ma préférée, une petite boule de douceur qui chouchoute nos peaux. Parfaite pour les peaux sensibles, qu’elle n’agresse pas mais exfolie tout en douceur. Elles existent en différentes couleurs selon les propriétés que vous recherchez (peaux sèches, grasses, sensibles, bébé…) mais personnellement je ne vois pas trop la différence… Il suffit donc de la mouiller pour la voir se gonfler, d’appliquer le nettoyant (ou non d’ailleurs) et de se masser doucement le visage. Elle est tellement douce qu’il m’arrive de l’utiliser tous les soirs, quand je n’oublie pas.

J’ai commandé la mienne sur Ayanature, mais commençant a être usée (après presqu’un an d’utilisation quand même), j’ai profité de mon passage dans la Capitale pour acheter une Lamazuna.

 CORPS 


Le brossage lymphatique, ou brossage à sec

Ce geste est un vrai bonheur pour se délasser, et -métaphoriquement- évacuer ses soucis. Je brosse, brosse, brosse, et toutes les mauvaises ondes accumulées dans la journée disparaissent comme par enchantement. En plus de faire un bien fou, la peau devient toute lisse et ferme, à condition de faire de ce geste une routine régulière bien sûr. Personnellement j’essaye de m’y mettre tous les jours, et je vois vraiment la différence, si si ! J’ai l’impression d’avoir moins de cellulite à l’arrière des cuisses, et la peau est comme « oxygénée ».

Le brossage ne se fait pas n’importe comment, il faut partir des pieds en remontant jusqu’au cœur, tout en effectuant des petits mouvements circulaires. Plantes des pieds, talons, mollets, genoux, cuisses, ventres, fesses… etc

J’ai commandé la mienne ici.

Utilisez-vous l’un de ces trois objets ? Si oui, qu’en pensez-vous ?

Short hair don’t care. (coupe énergétique)

Salut les p’tits loups !
Il y a une semaine tout pile, j’étais entre les mains de la coiffeuse, une serviette autour du cou à me demander si j’étais pas en train de faire une connerie. Vraiment, je n’en menais pas large. Une semaine après, je peux dire que j’ai survécu et tout va bien !
Je vous avais fait part de mon envie de tout couper, en quelque sorte une envie de faire « table rase » et de recommencer sur de bonnes bases. Par la même occasion, j’avais envie depuis très longtemps de tester la coupe énergétique. Peut-être que certains connaissent, pour les autres il s’agit d’une coupe au rasoir appelé coupe-chou. Alors oui, le nom peut faire peur mais ce n’est pas dangereux rassurez-vous !
Cette technique consiste à appréhender le corps comme un instrument de musique (le violon, si vous voulez), dont le cheveu est la corde et le rasoir l’archet. La coupe se déroule en deux temps, une première coupe énergisante puis une seconde calmante.
Fabienne me prend une mèche de cheveux, la tend au dessus de ma tête et le rasoir fait son oeuvre, à rebrousse-poil. Honnêtement, ce n’est pas une partie de plaisir : ça tire, ça chauffe, ça pique, avec l’impression que mon cuir chevelu « se déchire ». J’ai hâte que ça s’arrête, et de passer à l’étape suivante.
Je ferme les yeux et je sens l’instrument virevolter autour de ma tête. Lorsque je les rouvre je vois que de grosses mèches de cheveux sont tombées à terre. Bizarrement ça ne me fait plus peur, je me sens juste… plus légère. C’est là que je prends conscience que finalement ce ne sont que des cheveux, des « poils sur la tête », et qu’au pire ça repousse, hein. Mais quand la coupe est finie et que je me regarde dans le miroir : Wow ça change ! Mais, J’ADORE.

Bon concrètement, qu’est-ce que ça change ? Ben, pas grand chose en vérité. Sauf que :

– après un shampoing, mes cheveux ne mettent plus trois jours à sécher (Trop. Bien)
– plus besoin de s’embêter à dégotter et maîtriser des coiffures alambiquées
– mes boucles d’oreille SE VOIENT <3
– à moi le rouge-à-lèvre bien pétant pour féminiser tout ça. Quoique, la coupe courte EST féminine
– je peux m’amuser à me mettre les cheveux en pétard sur le dessus

Couper court (aux préjugés)

Des mois que je rêve d’une coupe courte, à peser le pour et le contre et à m’arracher les cheveux. La semaine dernière, prise d’une envie subite, j’ai essayé de couper moi-même, pensant que ça ne devait pas être si compliqué que ça : mauvaise idée. Bon ce n’est pas catastrophique non plus et ça ne se voit presque plus mais le fait est là, j’ai vraiment (VRAIMENT) besoin d’aller chez le coiffeur.
Il faut dire que cela fait presque un an que je n’y suis pas allée, et je n’en peux plus de cette longueur informe. Marre de ma coupe que je trouve fade et ne sais plus comment coiffer. Résultat, je passe la plupart du temps les cheveux attachés.
Comme toute envie non assouvie, cette idée me trotte dans la tête en permanence et devient lancinante. Coupe, coupe, coupe tout qu’elle me murmure à l’oreille. J’ai commencé par en parler autour de moi, l’air de rien, pour récolter quelques avis. Mais bon, soyons honnête, ce que je veux entendre ce sont des réponses enthousiastes du style Vas-y lance-toi !.
Evidemment, mon mec n’est pas trop pour. D’ailleurs je me suis toujours demandé pourquoi les hommes préféraient souvent les filles aux longues chevelures. Pour ma part, je trouve plus seyant une jolie coupe courte entretenue, et une nuque dégagée est pour moi le comble de la sexy-tude. Seulement je me pose beaucoup de questions à propos de l’entretien, de la repousse, du regard des gens… (Et si ça ne m’allait pas ?! Et comment je vais faire pour me cacher les jours où je me trouve moche ! Bah oui car un rideau de cheveux c’est bien pratique pour cacher quelques boutons).

S’il y a des filles aux cheveux courts dans la salle, levez la main ! Je veux bien vos conseils.


Olé Calienté

Make my lemonade
Make my lemonade
Source

Eh oui quelques coupes plus longues se sont glissées telles des intruses, au cas où je changerais d’avis
Et vous, plutôt team Cheveux longs ou team Cheveux courts ?

EnregistrerEnregistrer

Des cookies qui déchiiirent ! (végétaliens)

 

Des recettes de cookies j’en ai essayé plusieurs, malheureusement aucune ne trouvait grâce à mes yeux. Soit ils n’avait pas la consistance souhaitée -aka un peu friable, moelleux à l’intérieur et plutôt sec à l’extérieur- soit le goût n’y était pas. En réalité j’avais découvert une recette pas mal, mais les coquins étaient trop gras pour être honnêtes. Fût un temps où j’avais un petit faible pour ceux de la Mie Câline aussi mais je préfère éviter, vous devinez aisément pourquoi.
Dorénavant, je pense pouvoir dire que ma quête est finie, j’ai trouvé les élus de mon cœur ! Mon Goûteur Goulu préféré à validé et levé les deux pouces, donc je suppose que c’est bon signe. La recette est toute simple, rapide et délicieuse et permet de faire pas moins de 15 cookies bien dodus. Tout le secret réside dans une bonne pincée de sel, du bon chocolat noir et un temps de cuisson très court.

 

Pour 15 cookies végétaliens au bon goût de chocolat

Ingrédients :
* 300g de farine (50/50 sarrasin et petit épeautre pour moi)
* 1 grosse pincée de sel
* une pincée de bicarbonate de soude
* 90g de sucre complet
* 2 càS d’huile de coco ramollie
* 3 càS d’huile d’olive
* 60g de chocolat noir
* de l’eau
J’ai aussi testé du beurre de cacahouettes en remplacement de l’huile de coco mais on a trouvé ça moins bon…


Préparation :

Mélanger la farine, le sel, le bicarbonate et le sucre.

Ajouter l’huile de coco ramollie et l’huile d’olive en sablant la pâte à la fourchette, pour former des grumeaux.

Casser le chocolat en grosses pépites à la main ou au couteau, et les ajouter au mélange.

Ajouter l’eau petit à petit afin de former une pâte malléable et pas trop collante. Former des boules à la main, les aplatir et les répartir sur une plaque de cuisson sulfurisée.

Enfourner environ 12 minutes à 180°C, cela paraît peu mais ils continuent à durcir une fois sortis du four.


Et voilà, vous avez de délicieux biscuits pour le goûter ou le petit-déjeuner ! 

 

EnregistrerEnregistrer

Mon premier sampoing solide à la bière en SAF (sans tensioactifs)

En vrai il mousse beaucoup beaucoup. Mais qu’est-ce qu’il est MOCHE !

Coucou tout le monde ! Je suis en pleine semaine de partiels donc pas trop le temps de batifoler sur les internets, néanmoins je passe en coup de vent pour vous parler de mon nouveau shampoing maison que j’aiiime ♥

Si le célèbre No-poo n’a pas eu l’effet escompté sur moi, il a au moins eu le mérite de me faire découvrir le Low-poo et autres alternatives aux shampoings du commerce. Comme je vous l’avais raconté dans cet article, je suis passée d’un lavage quotidien à un tous les six jours en moyenne – je tiens le bon bout, ouiii !
Tous comme les autres produits cosmétiques que je me plais à fabriquer moi-même, j’ai eu envie de fabriquer mon propre shampoing solide. Bien sûr je le voulais saponifié à froid, et sans tensioactifs même ‘doux’ (le SCI entre autre, dérivé de l’huile de coco). Puisque ceux-ci donnent un pouvoir moussant au produit, j’ai choisi une huile végétale réputée pour cette propriété : l’huile de coco.
C’était la première fois que je testais la saponification avec d’autres huiles que l’olive, et en remplaçant l’eau par de la bière à la châtaigne (réputée pour donner de la brillance aux cheveux) et j’ai été surprise par l’apparition TRÈS rapide de la trace. Tenez-vous prêts donc, pour l’ajout de vos huiles essentielles et autres additifs !

Ingrédients pour la base (à recalculer avec un convertisseur):
*  soude en perles
*  bière dégazée préalablement refroidie 48h, en remplacement de l’eau
*  huile de coco (30% de l’huile totale)
*  huile d’olive extra vierge (50%)
*  huile de ricin (20%)
Je suis très trèès contente de ce shampoing. Mise à part l’odeur peut-être, qui ne vous enverra pas directement au paradis, il est super agréable à utiliser grâce à sa mousse abondante qui le rend facile à répartir sur la chevelure et en dessous. Je finis souvent par un jet d’eau froide pour refermer les écailles et les faire briller, ou bien un rinçage au vinaigre de cidre/citron. Pour vous dire, ça faisait longtemps que mes cheveux n’avaient pas été aussi doux et légers (PROPRES.), même si je pense que le henné n’y est pas pour rien 😉

Bon je cours je vole, la mécanique des fluides n’attend que moi (AH AH).

EnregistrerEnregistrer

Design par ASALINE