Dans mes mains (ou comment j’ai renoué avec le Reiki)

Mon arrivée dans ce nouvel appartement ne fût pas de tout repos, comme l’en attestent ces joyeuses péripéties : une chasse d’eau défectueuse dont les eaux me cueillent au point du jour le lendemain de mon emménagement, des voisins bruyants et un vacarme de tous les diables dans les escaliers, une douche bouchée par les cheveux des anciens locataires, un volet roulant bloqué en position ouverte et m’empêchant de fermer l’œil de la nuit, ce même volet à peu près réparé mais dont les interstices laissent passer la lumières des réverbèrent, inondant ma chambre de lumière. Ces petits désagréments que tu aimerais chasser d’un revers de la main, comme une mouche qui bruisse à ton oreille. Ces premiers jours dans ma nouvelle-ville-pour-6-mois ont été assez éprouvants, c’est peu de le dire.

C’est qu’au bout d’un moment, même une tablette de chocolat noir bien corsé ou un pot de purée de cacahuètes crémeux mangé à la petite cuillère ne peuvent plus rien pour toi. (j’ai essayé, croyez-moi)

C’est à ce moment que le Reiki s’est rappelé à moi, lui que j’avais un peu délaissé ces derniers mois (ou disons-le : année(s)). Je me souviens de mon initiation au premier degré comme un jour ensoleillé et plein de bonnes ondes. Sur le moment j’étais enthousiaste, presque exaltée, de rentrer dans ce monde magique. Et puis, passés les 21 jours d’auto-traitement que j’avais suivis et réalisés chaque jour scrupuleusement, je n’ai plus trouvé le temps. J’ai posé un peu moins les mains, puis plus du tout pendant un certain temps. J’y pensais pourtant souvent, mais comme d’une chose un peu éloignée, une activité à reprendre plus tard. (on remet trop de choses au lendemain)

J’ai trouvé que c’était le moment parfait pour m’y remettre, de toute façon ça ne pouvait pas aller plus mal, aha. A ma grande surprise je n’avais rien oublié, mes mains ont retrouvé les positions toutes seules. Comme le vélo. J’ai senti la chaleur me traverser, et des fourmillements dans les jambes comme cela m’était déjà arrivé. Après ces retrouvailles j’ai dormi comme un bébé, et les jours qui ont suivi aussi.

Le lendemain, j’ai retrouvé une amie chère perdue de vue depuis plus d’un an, rencontrée via son blog. Celle-là même grâce à qui j’avais justement découvert le Reiki quelques années plus tôt. Elle est réapparue dans ma vie (comme par enchantement ?) au moment où je m’y attendais le moins, comme envoyée par l’Univers.

Quelques jours plus tard, un dimanche, en foulant les pavés de ma nouvelle ville je suis tombée sur une jolie boutique violette au doux nom d’Agapanthe (j’étais persuadée que c’était une déesse… apparemment non). En m’approchant, je découvre que c’est un cabinet de Reiki… Eh oui !

Et puis, lors de ce salon du Bien-être et de la Santé au naturel en Mayenne, je rencontre… la propriétaire de ce joli lieu. Décidément, le Reiki me suit partout. On discute pas mal de choses et d’autres et le courant passe, je décide de prendre rendez-vous pour la semaine suivante.

Je suis sûre qu’il a encore de belles choses à m’apporter…  alors c’est décidé, cet été je passe mon second degré !