Une journée à la VeggieWorld Paris 2017

Samedi dernier, par une belle journée d’automne j’ai traîné A., mon amoureux, à la Veggieworld de Paris. Traîner n’étant peut-être pas le terme exact, puisqu’il était au moins aussi emballé que moi. J’ai un amoureux formidable. (Il faut dire que je lui avais promis d’aller au salon de l’automobile le lendemain.)

Après une petite escapade dans le métro parisien aussi instructive (on en apprend beaucoup sur le genre humain dans ces endroits) qu’éreintante, nous arrivons au lieu des réjouissances. Et là, surprise ! Malgré notre avance, une queue de plusieurs mètres de long se presse déjà dans la rue devant le Cent-Quatre (le lieu des réjouissances, donc).

J’avais prévu de faire le plein de faux-mages, ou vromages, ou ce que vous voulez s’apparentant à ce mets très prisé des français en version végétale, afin d’en faire goûter à notre entourage. Mais aussi pour nous-mêmes, quand même ! (D’autant qu’ils n’ont pas fait long feu, nous avons été un peu trop ambitieux quand au nombre de goûteurs potentiels…). Nous avons testé des tas de vromages aussi exquis les uns que les autres, bluffés par leur apparence, leur goût et leur texture. A s’y méprendre !

Est-ce une bonne chose ? Oui (bien-sûr que c’est une bonne chose !) ET non. Non parce que le fromage ne m’avait jamais manqué jusque-là, mais que ces versions à se damner ont peut-être ravivé la flamme, qui sait… En tout cas, je ne doute pas que ce domaine ait de l’avenir. Si vous cherchez encore votre vocation… A bon entendeur.

(D’ailleurs, j’en profite pour vous présenter le blog de Thomas que je viens juste de découvrir grâce à Instagram, avec sa recette de « cashewbert » et ses photos incroyables : c’est ici)

Evidemment, on ne s’est pas arrêté aux fauxmages, puisque ce salon est aussi un immense paradis de la bouffe végane en tout genre. Je n’aime pas trop utiliser le terme « bouffe », mais ici c’est vraiment le mot qui m’est venu à l’esprit au vu de la variété et du choix gargantuesque de mets proposés. Bref, il y a eu régalance. Après avoir fait le tour des stands, arriva ce qui devait arriver : à midi nous n’avions plus faim pour le déjeuner ! Qu’à cela ne tienne, nous essayons quand même le petit burger avocat-façon-œuf du Potager de Charlotte. C’était bon.

N’allez pas croire que nous n’avons fait que manger (heu, attendez…). On a aussi découvert plein de petites marques de cosmétiques éthiques, et j’ai jeté mon dévolu sur une mousse de karité aux huiles essentielles. Mention Slow Cosmétique s’il vous plaît ! Tradition & Co est une toute jeune marque parisienne spécialisée dans le beurre de karité, que ce soient des savons saponifiés à froid – vous savez comme je les aimes ! -, des beurres parfumés ou des mousses. J’utilise la mienne depuis plus d’une semaine déjà et je la trouve tout simplement parfaite !

C’est quand même fou (et trop cool), un salon entier consacré au mode de vie végane ! Y êtes-vous déjà allé ?