Mon film de l’année 2017 : Divines, de Houda Benyamina

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un film. D’une histoire qui m’a touchée, bouleversée, qui a réussi à « fracturer la carapace de mon âme » (ce qui est une façon un peu pompeuse, j’en conviens, de dire que je suis plutôt difficile en la matière).

C’est vrai, rares sont les films (j’ai l’impression) qui arrivent réellement à me transcender. Oh si, il y a eu Alabama Monroe en 2013 (coup de cœur absolu de l’Univers), qui n’a jamais cessé d’occuper mes pensées depuis. Et puis quelques autres aussi, bien sûr, comme American History X et Detachment (film dont je garde un souvenir très fort, avec l’incroyable Adrian Brody ♥).

Au fil du temps j’ai réussi à définir les ingrédients d’une histoire qui risque de me plaire. Alors voilà : j’aime les films bruts et singuliers, assez éloignés des blockbusters ultra-violents auxquels je ne comprends souvent pas grand chose (l’humain mâle qui partage mon salon essayant tant bien que mal de m’en faire regarder quelques uns…), avec beaucoup de drame dedans et un peu d’histoire d’amour (un peu…).

Mon film de 2017…

Une poignée d’heure avant 2018, j’ai découvert Divines, de Houda Benyamina et sorti en 2016 : LA. CLAQUE. J’ai ri, j’ai tremblé, j’ai pleuré et senti mon cœur se serrer.

Divines, c’est l’histoire de deux gamines de la banlieue, débrouillardes et surtout inséparables, qui n’en peuvent plus de la violence et de la misère dans lesquelles elles vivent. Prêtes à tout pour s’en sortir, en dépit de la morale et de la légalité, elles se retrouvent embarquées dans des trafics de drogues et des petits larcins.

Dounia, incarnée par Oulaya Hamamra, est troublante de justesse et de charme : sincèrement, je n’ai jamais été aussi subjuguée par une jeune actrice (qui a seulement 21 ans, gloups). Sa copine Maïmouna (Déborah Lukumuena) est elle aussi touchante de candeur et terriblement attachante (je trouve cette expression parfois galvaudée mais là… WAHOU). Ces deux-là forment un duo inoubliable dont on aimerait faire partie tant leur amitié est incroyable, presque hors du commun.

Sans oublier Kévin Moushel, en danseur troublant, dont l’apparition fugace dans la vie de Dounia va la transformer.

Bref, ce film est un petit joyau brut de décoffrage qui ne vous laissera sûrement pas indifférent, et que je vous conseille mille fois !