Novembre

Novembre est un drôle de mois, coincé entre deux saisons, plus tout à fait automne ni encore hiver. En somme il ne s’y passe pas grand chose, si ce n’est l’excitation de Noël à venir qui commence à monter. J’exagère un peu quant à son vide sidéral supposé : il y a eu le NaNoWriMo aussi. Et puis j’ai lu de très bon livres (ce fût un excellent cru de ce point de vue) et écouté de tas de podcasts inspirants (La Poudre notamment. C’est un podcast féministe très agréable à écouter, et la voix douce de Lauren Bastide est un régal pour les oreille. Courez-y si vous ne connaissez pas encore), alors ce n’est pas tout à fait un mois inutile, pas vraiment. D’ailleurs, aucun ne l’est. Il y a même un peu de magie dans ses jours raccourcis, des paillettes parsemées par-ci par-là, mais je suis quand même contente qu’il soit passé. Bienvenue froid Décembre au ventre rebondi de bonhomme bien nourri, aux joues rougies par le vent et à la tignasse blanche de neige. (Je crois que vous avez compris où je voulais en venir : c’est Noël !)

En Novembre il y a eu le Black Friday, et cette opération marketing m’a mise un peu en colère. J’ai trouvé qu’on marchait sur la tête, à ne pas voir que notre consommation effrénée mettait la planète à mal, que la mise en garde des 15 000 scientifiques à la Une du journal Le Monde n’avait pas eu l’effet escompté. Oui, j’ai eu mal au cœur de voir cette course aux bonnes affaires qui n’en sont pas. Ce jour-là j’ai été assaillie de mails, de sms et de publicités jusqu’à la nausée, me poussant à dégainer ma carte bancaire plus vite que mon ombre. Parce que vous le valez bien, tu sais. J’ai résisté, enfin ce n’était pas bien compliqué car je n’avais besoin de rien, vraiment. J’ai même eu envie d’écrire un article sur ce phénomène venu des états-unis, un petit Black Friday, non merci avant de finalement décider d’en parler rapidement ici, dans cet article novembrien un peu fourre-tout. Parce que nous valons tellement mieux que ça, et que nous ne sommes pas que de simples consommateurs ni des vaches à lait. Alors, à ma manière, j’ai décidé de boycotter ce Vendredi Noir et de le transformer en un Green Friday un peu moins vide de sens. (J’ai juste fait des sablés au lieu d’aller faire les magasins, ça compte ?)

En Novembre, c’est aussi le mois des courses de Noël pour les plus rapides. J’ai commencé à réfléchir à mes cadeaux, que je voulais le plus Zéro déchet et le plus éthiques possible. J’ai sorti un stylo et mon plus beau carnet et me suis attelée à la tâche difficile d’attribution des cadeaux. J’ai écrit, raturé, listé, et débattu avec moi-même pour enfin tomber d’accord. Alors voilà, je crois que j’y suis presque, je n’ai plus qu’à confectionner tout ça. J’ai aussi découvert grâce à Instagram deux très belles marques françaises de bougies, que je rêve maintenant de m’offrir (et d’offrir). Voici les liens, si cela vous intéresse : La Belle Mèche et La bougie Herbivore. Elles sont éco-responsables, non testées sur les animaux, fabriquées à partir de cire de soja naturelle et le prix est vraiment raisonnable : que demander de plus ?

Et puis sur Twitter je suis tombée sur cette chouette idée de calendrier de l’Avent inversé, qui consiste à mettre chaque jour dans une boîte un objet utile de la vie quotidienne (dentifrice, savon, crème pour les mains, paire de gants…), et de l’offrir à la fin à une personne dans le besoin. J’ai eu envie de partager avec vous cette belle initiative, qui évite de participer à la surconsommation et d’aider une personne en difficulté.

Finalement, je crois que Novembre n’aura pas été si moisi. Comment était le vôtre ? Sur cette entrevue je vous laisse, j’ai encore quelques sablés de Noël à grignoter avant disparition complète de l’espèce. (Oh, noooon !)(C’est que j’abrite à la maison un amoureux gourmand voyez-vous)