Rituels

Dans les magazines, elle fait toujours figure de fléau à éradiquer, de bête sournoise à abattre. Pourtant c’est si joli la routine, c’est musical : rrrou-tine. Ça tinte aux oreilles comme une poignée de perles, c’est une comptine qu’on chuchote à l’oreille d’un enfant, rout-ine, routinette. Petite route rassurante semée de velours et de certitudes, dans un monde chaotique en perpétuelle agitation. Et moi je trouve ça dommage, toutes ces critiques à son égard. Je suis de celles qui cultivent et chérissent ces constantes quotidiennes, comme un trésor un peu honteux qu’il est de bon ton de mépriser.

Il y a, d’abord, la routine de la semaine à base de réveils difficiles, empreintes laissées du weekend. Main dans la main, yeux collés de sommeil, seuls contre le reste du monde (c’est-à-dire : ce foutu réveil qui continue de tonitruer). Ce sont les petits-déjeuners rapides parce qu’il ne faut surtout pas rater le tramway, les tartine à la confiture de fraise ou les petits pains avalés à la va-vite alors qu’on voudrait prendre le temps, c’est la cafetière et son long ronronnement vrombissant, la bouilloire chuintante et les miettes qu’il faut ramasser. C’est toujours le même chemin, le cliquetis du badge pour sortir, les chats sur les fenêtres à saluer ou à caresser, le tunnel qu’il faut passer, marcher, marcher jusqu’à l’arrêt, courir parfois quand le temps nous rattrape. Les jours égrenés sur le calendrier, lundi-mardi-mercredi-jeudi-vendredi. Et puis, le rituel du vendredi soir qui n’en est pas encore un mais qu’on voudrait très fort voir revenir, le cours de sophrologie.

Puis vient samedi-jour-de-marché, rassembler les sacs en tissus et le porte-monnaie, abandonner l’électronique pour un temps, renouer avec les pièces sonnantes et trébuchantes. Le poids de l’argent dans la main. Chaque semaine retrouver ‘notre’ petit producteur et sa sœur, celui qui est toujours heureux de nous voir revenir et ne nous compte même pas les centimes. Les nouveaux légumes ramenés à la maison sur ses conseils avertis, le muscadet à apprivoiser et cuisiner (« tu m’en diras des nouvelles, c’est un délice, encore plus fin que le potimarron ! »)(Et moi, étonnée de trouver un concurrent à mon potimarron que j’aime tant, que je croyais Roi de l’automne).

Qu’il est bon de compter sur ces petits rituels qui jalonnent l’existence, aventuriers du quotidien, courageux mais pas téméraires.

Et vous, aimez-vous être rassurés par une routine ? Quels sont vos rituels des jours qui passent ?