Scones à la farine de châtaigne et aux noix (VGL)

Chers petits petons gelés par le froid hivernal,

Courez vous enfouir dans de grosses chaussettes épaisses, à défaut de vivre avec un chat-bouillotte chaud comme un radiateur (ce n’est pas mon cas, malheureusement…). Hum, bon, je ne voulais pas commencer comme ça. En fait, je voulais vous parler de scones.

Il y a quelques années, je suis partie faire du WWOOFING à Cambridge. Il n’est question ni de chien ni d’aboiement dans cette phrase, mais bien d’une idée tout à fait géniale pour étancher sa soif de voyages et de connaissances : le wwoofing consiste à travailler dans une ferme écologique, quelques jours par semaine, en échange du gîte et du couvert. Je suis donc partie trois semaines à Cambridge, et croyez-moi ce fût une expérience que je n’oublierai pas de sitôt. Cambridge est une ville magnifique, et la campagne anglaise encore plus.

Trois jours par semaine, j’avais pour mission de cueillir et d’empaqueter des framboises bio pour une coopérative (je revois monsieur G., mon hôte, la bouche pleine de framboises m’expliquer dans un sourire malicieux qu’il fallait les goûter pour voir si elles étaient bonnes. Moi je n’osais pas, évidemment, mais il m’y encourageait fermement. C’était l’homme le plus adorable que j’aie jamais rencontré et il était végétarien, chose que je trouvais absolument bizarre à l’époque).

Le reste du temps, je partais explorer la ville au grès de mes envies. Je me souviens avoir pensé que je ne pouvais décemment pas quitter cet endroit sans avoir au moins une fois eut le plaisir de m’offrir un vrai teatime à l’anglaise, alors dans mon petit cahier noir j’avais écrit une liste de salons de thé (‘tearooms‘) à tester. J’en avais choisi un qui me paraissait bien, il s’appelait Harriet’s je crois (je vous dis ça de tête, je ne suis pas allée vérifier), et je m’étais installée à cette petite table près de la fenêtre. Et là, sur une petite assiette, on m’avait apporté deux jolis scones ronds et joufflus accompagnés d’un petit pot de clotted cream (qui est une sorte de crème fouettée comme seuls les anglais ont en le secret) et de confiture de fraise. Cet après-midi-là je me suis régalée de douceur et de thé, et me suis promis d’essayer de refaire ces scones une fois rentrée en France, avec l’emporte-pièce spécial que j’avais acheté là-bas.

Plusieurs années ont passé depuis cette aventure, mais mon affection pour les scones n’a jamais cessé. Seul changement : je ne les fais plus ronds désormais, mais triangles, et c’est tout aussi bon (la vérité c’est que ça prend moins de temps, et courir après le temps est une de mes activités les plus régulières…).

Pour 8 beaux scones

 

  • 250g de farine de blé
  • 50g de farine de châtaigne
  • 50g de sucre complet
  • 1 pincée de sel
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 càS de vinaigre de cidre
  • 2 càS d’huile d’olive
  • 30 cerneaux de noix en petits morceaux
  • un peu de lait végétal

 

Préparation

Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs : farines, sucre et sel. Ajouter le bicarbonate et le vinaigre par dessus (ça va mousser et faire pschitt ! ), puis mélanger et verser l’huile d’olive.

Ajouter les cerneaux de noix, bien mélanger et verser le lait peu à peu jusqu’à former une boule pas trop collante.

Étaler la pâte sur un papier sulfurisé en un cercle un peu épais, et couper au couteau 8 parts égales (enfin, essayer). Les décoller et les écarter les uns des autres pour ne pas qu’ils se touchent.

Enfourner à 180°C pour environ 13 minutes. Ça paraît court mais ils cuisent vraiment très vite !

Petites notes :

  • Vous pouvez poussez la décadence encore plus loin (je ne vous en voudrai pas) en ajoutant des pépites de chocolat noir (miam !), ou des raisons secs, ou des cranberries, ou… ce que vous voulez d’un peu sucré.
  • L’huile d’olive peut être remplacée par de l’huile de coco ramollie, et c’est encore meilleur d’après moi. Mais par souci de simplicité (car je pense que chacun en a dans ses placards) et de « localité », j’ai préféré utiliser de l’huile d’olive.