Soudain, la lumière.

Mardi, le soleil est revenu. Ou peut-être était-ce lundi, ou dimanche, je ne sais plus très bien.

Alors nous avons vu la lumière, éternelle absente de ces dernières semaines, qui faisait tant défaut à nos humeurs moroses.

Sortir de ce marasme météorologique l’espace de quelques jours était comme une urgence, et goûter la chaleur des rayons sur la peau et la clarté du ciel, comme un délice. Cette parenthèse impromptue, enchantée, comme un avant-goût léger de Printemps, était un merveilleux cadeau dont je me suis empressée de me délecter.

Naviguer dans les eaux sombres soir et matin et du matin au soir, puis déposer la barque au bord du sable. Là, doucement. Caresser du doigt le papier doré enrobant une impalpable gourmandise.

Peut-être que cela ne durera pas, mais

Mardi, le soleil est revenu.