Tibicos

Il y a quelques semaines, j’ai adopté un nouveau compagnon : il n’aboie ni ne ronronne (ça ne m’aurait pas déplu pourtant) (et il ne perd pas ses poils, ce qui en fait un compagnon idéal) mais fait beaucoup de bulles, pour mon plus grand plaisir. Non, ce n’est pas un poisson non plus. Car voilà, l’étrange animal dont il est question se nomme… du kéfir de fruit. Cet amas de bonnes levures et bactéries est un terreau fertile de pré et pro-biotiques, et est réputé excellent pour la santé (peau, cheveux, allergies….). Mais moi, ce que je préfère – outre son délicieux goût fruité et pétillant – c’est le regarder buller dans son bocal ! J’A-DO-RE.

J’en cherchais depuis un moment, après l’avoir découvert il y a quelques années lorsque j’étais encore lycéenne. Une gentille dame m’en avait envoyés par la poste, déshydratés, mais je crois qu’ils n’étaient pas très en forme. La preuve : ils moururent quelques semaines plus tard, me laissant désemparée. Ce fût le début de mon amour pour la fermentation.

Et puis il y a peu, nouvelle lubie comme il m’en arrive souvent, j’ai décidé de m’y remettre. Coïncidence-je-ne-crois-pas, sur Leboncoin je suis tombée sur l’annonce de mon ancien prof d’Allemand ! Sehr lustig en effet. Lequel m’a gentiment offert dans un petit pot ces petites graines magiques.

Depuis, mon petit tibicos (c’est son autre nom mexicain, mais il en a des dizaines d’autres) grandit à merveille et fait la joie de ses parents (enfin surtout de la mienne, mais son papa humain en a aussi réclamé pour en avoir tout à lui). Il se multiplie à l’infini, et semble beaucoup aimer son petit régime à base de Rapadura. Je vais bientôt pouvoir en offrir et propager la bonne parole, ahah. Share the love qu’ils disent.

Kéfir de fruit – recette de base

J’utilise deux gros bocaux de compote d’1.075 kg, un servant à la première fermentation (F1) et l’autre à la deuxième (F2).

  • 3 cuillères à soupe de grains de kéfir de fruit
  • 2 grosses cuillères à soupe de sucre complet type Rapadura
  • 2 figues impérativement bio
  • 1 petit citron BIO coupés en rondelles (c’est très important ! Le kéfir étant sensible aux pesticides, cela risquerait de le tuer… et ce n’est pas ce qu’on veut n’est-ce pas ?)
  • de l’eau déchlorée (eau du robinet mise à bouillir puis refroidie)

Préparation (F1) :

Dans un des bocaux, verser un peu d’eau au fond puis déposer avec une cuillère en bois les grains de kéfir, le sucre, les figues et le citron.

Compléter avec de l’eau, sans remplir complètement le bocal (laisser environ 2 cm pour permettre au gaz de s’échapper). Fermer avec un couvercle ou bien avec une gaze et un élastique, cela n’a pas vraiment d’importance.

La suite des opérations (F2) :

Environ 48h après la première opération, et quand les figues sont remontées à la surface, filtrer la boisson dans le deuxième bocal à l’aide d’une petite passoire fine en plastique.

Presser le citron dedans, jeter les figues et relancer une fermentation, ou bien conserver les graines dans un petit bocal en verre avec de l’eau et 2 cuillères à café de sucre. Elles pourront rester au repos plusieurs semaines dans le réfrigérateur.

Enfin, laisser à température ambiante pendant environ 24h pour une deuxième fermentation avant de mettre au frigo. Lors de cette deuxième phase, plusieurs solutions s’offrent à vous : laisser comme ça, ou bien ajouter quelques morceaux de fruits et/ou herbes pour le goût. Faites jouer votre imagination !

Quelques idées d’association :

  • framboises, fraises… lorsque c’est la saison
  • morceaux de pêche et feuilles de verveine
  • curcuma/bâtons de gingembre frais
  • rondelles de citron/basilic frais

Bon, alors. Je récapépète, pour ceux qui n’auraient pas suivi : 48h de F1 avec les grains/figues/citron + 24h de F2 après filtration + 3-4 jours au frigo pour « arrêter » la fermentation (et déguster une délicieuse limonade/cidre artisanal).

Et vous, vous connaissiez le kéfir ? Vous en avez déjà goûté ?