Vivre, vraiment.

Alice je ne la connaissais que vaguement, d’assez loin. Enfin je dis « connaître », mais ce n’est pas vraiment le terme. J’avais découvert son blog La fabrique de Lilikus il y a quelques années, j’y passais de temps en temps. Sur Instagram, aussi. On a souvent l’impression de « connaître » une personne, à force de la côtoyer de près ou de loin sur les réseaux sociaux. Bref, dans ma tête, Alice était un visage familier. Alors, lorsque j’ai appris la nouvelle de sa maladie, ça m’a fait tout drôle.

On lit souvent des témoignages de personnes confrontées à la mort, à la maladie ou bien à un événement traumatisant, qui prennent soudain  conscience que la vie n’est pas éternelle, que c’est une bougie dont la petite flamme vacille au moindre souffle de vent. Des personnes qui se sont rendues compte que la vie qu’elles menaient jusque-là ne leur convenait pas vraiment et n’était qu’un leurre, qu’elles s’étaient contentées de vivre jusqu’ici en pilotage automatique. La vie d’un autre. Mais pas la sienne.

Lorsque j’ai appris cette nouvelle, donc, j’ai eu comme un électrochoc. Je me suis demandé si, moi aussi, je ne vivais pas la vie d’une autre. J’en avais lu beaucoup de ces témoignages, sans m’en sentir touchée outre mesure. je me disais que ces événements étaient trop éloignés de moi, de ma vie, et que je n’aurais jamais à vivre ça. C’est souvent ce qu’on pense je crois : « Ça n’arrive qu’aux autres. » Je n’avais jamais pris conscience, dans ma tête et dans mon corps, de la fragilité de la vie. Or, le fait que cette chose arrive à une jeune femme que j’avais l’impression de connaître, à semblé soudain encore plus réel que ces événements que j’avais suivis de loin, au détour d’un article sur le vaste monde qu’est internet.

J’ai pris conscience que non, « ça » n’arrive pas qu’aux autres, et bizarrement ça m’a donné des ailes pour prendre plus au sérieux ce que je souhaitais réellement devenir. Soudain j’ai pensé : « Et si ça m’arrivait, à moi ? Si je devais mourir demain (désolée Alice. Je sais que toi tu vas t’en sortir ♥), regretterais-je mes choix ? ». Je sais déjà depuis quelques années que le métier auquel me destinent mes études ne me convient pas, et ce n’est plus un secret pour personne (sauf bien évidemment, hum, mon maître de stage). Je me force jusqu’au diplôme, mais le cœur n’y est pas (encore quelques mois…). Pourtant ce jour-là, j’ai enfin compris qu’il fallait s’écouter, soi, et personne d’autre.

Et vivre, vraiment.

J’ai écrit cet article à chaud, sans presque me relire. Moi qui avais du mal à revenir sur le blog et même à écrire tout court, j’ai ressenti le besoin pressant de venir ici écrire ces mots, comme une digue qui cédait. J’espère qu’il n’y aura pas trop de fautes…